Distribution of the species of the Anopheles gambiae complex and first evidence of Anopheles merus as a malaria vector in Madagascar. [Répartition des espèces du complexe Anopheles gambiae et première preuve étayant le fait que l'Anopheles merus est une espèce vectrice du paludisme à Madagascar]

Author: 
Tsy J; Duchemin J; Marrama L; Rabarison P; Le Goff G
Source: 
Malaria Journal. 2003 Oct 8; 2(33):[7] p..
Abstract: 

Members of the Anopheles gambiae complex are amongst the best malaria vectors in the world, but their vectorial capacities vary between species and populations. A large-scale sampling of An. gambiae sensu lato was carried out in various bioclimatic domains of Madagascar. Local abundance of an unexpected member of this complex raised questions regarding its role in malaria transmission. Sampling took place at 38 sites and 2,067 females were collected. Species assessment was performed using a PCR targeting a sequence in the IGS of the rDNA. Analysis focused on the relative prevalence of the species per site, bioclimatic domain and altitude. Infectivity of Anopheles merus was assessed using an ELISA to detect the presence of malarial circumsporozoite protein in the head-thorax. Three species were identified: An. gambiae, Anopheles arabiensis and An. merus. The distribution of each species is mainly a function of bioclimatic domains and, to a lesser extent, altitude. An. arabiensis is present in all bioclimatic domains with highest prevalence in sub-humid, dry and sub-arid domains. An. gambiae has its highest prevalence in the humid domain, is in the minority in dry areas, rare in sub-humid and absent in sub-arid domains. An. merus is restricted to the coastal fringe in the south and west; it was in the majority in one southern village. The majority of sites were sympatric for at least two of the species (21/38) and two sites harboured all three species. The role of An. merus as malaria vector was confirmed in the case of two human-biting females, which were ELISA-positive for Plasmodium falciparum. Despite the huge environmental (mainly man-made) changes in Madagascar, the distribution of An. gambiae and An. arabiensis appears unchanged for the past 35 years. The distribution of An. merus is wider than was previously known, and its effectiveness as a malaria vector has been shown for the first time; this species is now on the list of Malagasy malaria vectors. (author's)

French Abstract: 

Les membres du complexe Anopheles gambiae sont considérés comme faisant partie des meilleurs vecteurs du paludisme à travers le monde, mais leurs capacités vectorielles varient selon les espèces et les populations. Un échantillonnage à grande échelle d'An. gambiae sensu lato a été effectué, avec pour contexte différentes zones bioclimatiques de Madagascar. Face à la profusion locale d'un membre fortuit issu de ce complexe, des questions ont été soulevées concernant son rôle en matière de transmission du paludisme. L'échantillonnage a été effectué comme suit : 2 067 insectes femelles ont été observés, répartis à travers 38 sites. L'évaluation des espèces a été réalisée en utilisant une amplification par PCR d'une séquence d'ADN de l'espace intergénique (IGS) de l'ADN ribosomique. L'analyse a été centrée sur la prévalence corrélative des espèces par site, la zone bioclimatique et l'altitude. Le pouvoir infectant d'Anopheles merus a été évalué à l'aide d'un test ELISA, ceci en vue de détecter la présence de la protéine circumsporozoite paludique pour l'ensemble tête-thorax. Trois espèces ont été identifiées : An. gambiae, Anopheles arabiensis et An. merus. La répartition de chacune de ces espèces est principalement établie en fonction des zones bioclimatiques et, dans une moindre mesure, de l'altitude. An. arabiensis est présent dans toutes les zones bioclimatiques, avec un taux de prévalence le plus élevé au sein des zones sub-humides, sèches et sub-arides. Le seuil de prévalence le plus élevé d'An. gambiae est associé à la zone humide ; ce seuil s'avère minoritaire dans les zones sèches, rares dans les zones sub-humides et absent dans les zones sub-arides. La présence d'An. merus est limité à la zone côtière dans les régions Sud et Ouest du pays ; cette espèce s'est révélée majoritaire dans un village de la zone Sud de l'île. La majorité des sites se sont avérés sensibles à au moins deux des espèces (21/38) et deux sites ont abrité les trois espèces. Le rôle d'An. merus en tant que vecteur du paludisme a été confirmé dans le cas de deux insectes femelles piqueurs, détectés positifs au test ELISA pour le Plasmodium falciparum. Malgré les grands changements environnementaux observés à Madagascar (principalement induits par l'homme), cela fait maintenant trente-cinq années que la répartition d'An. gambiae et d'An. arabiensis demeure inchangée. La répartition d'An. merus est plus importante que précédemment et son efficience en tant que vecteur du paludisme a été démontrée pour la première fois ; cette espèce est désormais sur la liste des vecteurs malgaches du paludisme. (synthèse de l'auteur)

Language: 
Year: 
Region / Country: 
Document Number: 
276126
Add to My Documents