[Female alopecia] L'alopécie féminine.

Author: 
Tounzi M
Source: 
Revue Sages Femmes. 2002 May-Jun; (25):24-26.
Abstract: 

This article discusses alopecia in women, which is defined as a hair loss of less than 200 hairs/cm2, and which compromises the beauty of the hair, a symbol of femininity. Hence the importance of good clinical and paraclinical diagnosis. Before this diagnosis, it is necessary to conduct a clinical interview with the patient to determine the family history, the time of onset of the hair loss, the predisposing or triggering factors and especially the gynecological history. Female alopecia may appear at various stages in the reproductive life. In the prepubescent period, the signs of hyperandrogenism, particularly acne, are very pronounced. Clinical examination, hormone assays at a minimum and possibly pelvic ultrasound permit making a positive diagnosis. In young women, alopecia is much more common, evidence of polycystic ovary syndrome (PCOS) or adrenal hyperactivity. In perimenopause, alopecia may be of exogenous origin secondary to androgen treatments, or of endogenous origin after the disappearance of natural antiandrogens. The trichogram and the phototrichogram permit, along with the hormone assay, by microscopic and photographic examination of the scalp, directing the etiological investigation and evaluating the intensity of the loss and of the process producing the alopecia. Hormonal treatment for this pathology in prepuberty is based on non-androgenic or low-androgenic estrogen-progestins or 3rd generation pills, and if there is adrenal failure, corticoid therapy may prove necessary. This treatment in the young woman is based on 3rd generation estrogen-progestins combined with other medications according to the physician's opinion. In perimenopause, hormone replacement therapy is required. Vitamin therapy also plays an important role, as vitamins have a direct effect on keratinization, protecting the hair against ultraviolet rays and appear also to have an anti-inflammatory role and to increase the length of the hair.

French Abstract: 

Cet article traite de l'alopécie chez la femme qui se définit par une chute de cheveux inférieure à 200 cheveux/cm2, et qui compromet la beauté des cheveux, symbole de féminité. D'où l'intérêt d'un bon diagnostic clinique et paraclinique. Avant ce diagnostic, il est nécessaire de procéder à un interrogatoire avec la patiente pour déterminer les antécédents familiaux, l'ancienneté de la chute, les facteurs favorisant ou déclanchant et surtout les antécédents gynécologiques. L'alopécie féminine peut apparaître à différents stades de vie génitale. En période prépubertaire, les signes d'hyperandrogénie, en particulier l'acné sont très marqués. La clinique, les dosages hormonaux à minima et éventuellement l'échographie pelvienne, permettent le diagnostic positif. Chez la femme jeune, l'alopécie est beaucoup plus fréquente, témoin du syndrome des ovaires micropolykystiques (SOMPK) ou d'une hyper-réactivité surrénalienne. En périménopause, l'alopécie peut être d'origine exogène secondaire à des traitements androgéniques, ou endogène après la disparition des antiandrogènes naturels. Le trichogramme et le phototrichogramme permettent, à côté du bilan hormonal, par l'examen microscopique et photographique du cuir chevelu, d'orienter l'enquête étiologique et d'évaluer l'intensité de la chute et du processus provoquant l'alopécie. Le traitement hormonal de cette pathologie en prépubertaire se base sur les oestroprogestatifs peu ou pas androgéniques ou des pilules de 3ème génération, et s'il y a une insuffisance surrénalienne une corticothérapie peut s'avérer nécessaire. Ce traitement chez la femme jeune repose sur l'oestrogestatifs de 3ème génération associés à d'autres médicaments selon l'avis du médecin. En périménopause, le traitement hormonal substitutif s'impose. La vitaminothérapie joue aussi un rôle capital puisque les vitamines ont un effet direct sur la kératinisation, protègent les cheveux contre les ultraviolets et auraient aussi un rôle anti-inflammatoire d'avoir une augmentation de la longueur du cheveux.

Language: 
Year: 
Region / Country: 
Document Number: 

182881

Add to My Documents